Zones humides et drainage, une nouvelle donne - Annexe 1

De Les Mots de l'agronomie
Révision datée du 10 avril 2020 à 08:22 par Pierre Morlon (discussion | contributions) (Mise en ligne annexe)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Date de mise en ligne
10 avril 2020
Retour à l'article
Cette annexe se rapporte à l'article Zones humides et drainage, une nouvelle donne.

La perception longtemps dominante des Zones Humides

L’extrait ci-dessous du Cours d’assainissement terres agricoles de l’École Nationale du Génie Rural et des Eaux et Forêts, par René ROLLEY (1966, p. 21) illustre la perception longtemps prédominante des Zones Humides.

CHAPITRE II
DESSÈCHEMENT DES ÉTANGS ET DES MARAIS, PRINCIPES GÉNÉRAUX.

Les travaux de dessèchement ont pour but de faire disparaître les accumulations d’eau constituant les marais et les étangs et de mettre en valeur les surfaces ainsi récupérées pour l’agriculture. Ils nécessitent généralement la création de systèmes évacuateurs spéciaux, ce qui les différencie des assainissements ordinaires qui se contentent d’améliorer l’écoulement des émissaires existants.

Les marais formés par les eaux plus ou moins stagnantes accumulées dans les dépressions du sol, présentent un double inconvénient : ils sont dangereux pour la santé publique et constituent des surfaces perdues pour l’agriculture. On distingue les marais mouillés qui ne se dessèchent jamais, et les marécages qui, pendant la saison sèche, sous l’action de l’évaporation intense, s’assèchent en grande partie. Ces derniers sont de beaucoup les plus dangereux pour la santé et leur dessèchement constitue une mesure de salubrité publique. C’est pourquoi l’autorité administrative a le droit de l’imposer.

Pour les mêmes raisons, la disparition de certains étangs plus ou moins envasés est souhaitable, afin de permettre la création de prairies ou de terres de culture dont le rapport peut être sensiblement supérieur à celui de l’étang.

Toutefois, dans les pays dans lesquels on a déjà fait disparaître, au cours des siècles, la quasi-totalité des marais et marécages, la suppression de ceux qui subsistent peut occasionner la disparition de certaines espèces de gibiers ou d’animaux sauvages qui vivent dans ce milieu. Cette suppression se heurtera donc à l’opposition vigoureuse de ceux qui entendent protéger la nature, des chasseurs et des spécialistes de la faune et de la flore des lieux humides.

Bandeau bas MotsAgro.jpg