Hydromorphie - Annexe 2

De Les Mots de l'agronomie
Révision datée du 2 juin 2012 à 09:12 par Pierre Morlon (discussion) (mise en ligne annexe)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Retour à l'article
Cette annexe se rapporte à l'article Hydromorphie.
Extraits de "Éléments pour l'établissement d'un référentiel pour les solums hydromorphes", par Vizier, in : Référentiel pédologique 1992, 1995, 2008.

« Sols hydromorphes — Choix des caractères retenus pour définir ces sols

Différents processus peuvent se développer dans les sols sous l’effet d’un excès d’eau. Ils provoquent des transformations de l’organisation et de la nature des constituants du sol, mais seuls sont retenus pour définir les sols hydromorphes les caractères qui apparaissent les plus spécifiques de ce mode particulier d’évolution des sols. Il s’agit de caractères dus au déficit en oxygène existant dans ces sols du fait de l’excès d’eau. Ils se traduisent par :
• une ségrégation du fer, redistribution particulière de cet élément liée au développement de processus d’oxydo-réduction ;
• la présence, non obligatoire, d’épisolums humifères épais et sombres en surface, résultant de l’évolution en anaérobiose plus ou moins prolongée de la fraction organique.

Les sols hydromorphes, dans leur acception la plus étroite, présentent exclusivement des horizons ayant ces caractères. Il s’ensuit que certains sols subissant un excès d’eau ne sont pas considérés comme étant des sols hydromorphes sensu stricto, soit parce qu’ils n’ont pas de caractères attribuables aux processus d’oxydo-réduction (pélosols, vertisols, histosols, etc.), soit parce qu’ils ont des caractères dominants relatifs a d’autres pédogenèses (salisols et sodisols marqués par la dynamique des sels, sulfatosols et thiosols dominés par la dynamique du soufre, etc.).

Horizons présentant une ségrégation du fer attribuable à l’existence de processus d’oxydo-réduction

Ce sont des horizons qui présentent des organisations correspondant à une répartition particulière du fer. Le fer constitue un bon indicateur de l’hydromorphie, en raison de son rôle dans le développement des processus d’oxydo-réduction dans les sols et de la netteté des manifestations qui accompagnent sa réduction (et sa mobilisation) et son oxydation (et son immobilisation). (...) Le développement des processus d’oxydo-réduction se manifeste de façon très visible en ce qui concerne le fer, par des variations de couleur (teintes grises de fer réduit, teintes jaune-rouge, brun-rouge du fer oxyde) et une redistribution particulière liée a la plus grande mobilité du fer sous forme réduite.
La ségrégation du fer observée dans les sols subissant un excès d’eau est liée au développement de processus d’oxydo-réduction. »