Couleurs des sols - Annexe 3

De Les Mots de l'agronomie
Révision datée du 19 octobre 2012 à 11:21 par Pierre Morlon (discussion) (MIse en ligne annexe 3)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Retour à l'article
Cette annexe se rapporte à l'article Couleurs des sols.

Diversité des Terres noires de Limagne

(Bornand et al., 1984)

« Les Terres noires se répartissent typiquement en une série de bassins recreusés dans les formations marneuses tertiaires remblayant le fossé d'effondrement limagnais. A l'intérieur de ces bassins, la cartographie pédologique Bornand (1968) a pu montrer que les sols ont une distribution ordonnée en relation avec les formes de paysage ; ils s'organisent en une séquence (...).

Ainsi, 4 types de situations (I, II, III, IV) ont pu être définis par la combinaison de 3 paramètres du milieu naturel : - la position géomorphologique (...) ; - la possibilité de drainage naturel (...) ; et la composition de la roche-mère. A chacune de ces situations s'associent des unités de sols (Bornand et al., 1975) qui possèdent des propriétés communes et certaines caractéristiques de différenciation.

Tous les sols noirs limagnais possèdent en commun les caractéristiques suivantes :

  • couleur foncée des horizons supérieurs ;
  • richesse en argile très accusée (environ 50 p.100) ;
  • taux élevé de matière organique (3 à 7 p.100) répartie sur une épaisseur pouvant atteindre 1 m ;
  • capacité d'échange élevée (45 à 60 meq/100 g de sol).

Les différenciations pédologiques observées sont :

  • En situation (I) se développent des sols argilo-limoneux calcaires de profondeur moyenne de 80 cm.
  • Aux situations (II) sont à associer des sols argileux encore plus foncés, décalcarisés (...) la différenciation des carbonates est très accusée avec un horizon de précipitation de la calcite. La profondeur moyenne est souvent supérieure à 80 cm. Ces sols sont à rapprocher des sols isohumiques de type brunizem.
  • Avec (III) on aborde les zones d'anciens marais assainis où se développent des sols de profondeur plus faible (50-60 cm). Ce sont des sols argileux, irrégulièrement calcaires (...) [un horizon profond] est constitué par un gley gris-verdâtre clair (...).
  • Enfin, en (IV), se rencontrent les sols les plus argileux et les plus foncés à structure massive à l'état humide (...). Ces sols correspondent encore à des sols hydromorphes, mais constituent aussi des termes de passage net vers les vertisols.»

Références citées

  • Bornand M., Dejou J., Robert M., Roger L., 1984. Composition minéralogique de la phase argileuse des Terres noires de Limagne (Puy de Dôme). Le problème des liaisons argiles-matière organique. Agronomie, 4 (1) : 47-62.
  • Bornand M., Callot G., Favrot J. C., Servat E., 1968. Les sols du Val d’Allier. Notice explicative de la carte pédologique au 1/100 000. Chap. Sols Isohumiques, pp. 67-86. I.N.R.A., Montpellier.
  • Bornand M., Dejou J., Servant J., 1975. Les Terres noires de Limagne ; leurs différents faciès et leur place dans la classification française des sols. C.R. Acad. Sci., 281, Série D, n° 22, 1689-1692.


Bandeau bas MotsAgro.jpg