Mauvaise herbe - Annexe 1

De Les Mots de l'agronomie
Aller à : navigation, rechercher
Retour à l'article
Cette annexe se rapporte à l'article Mauvaise herbe.

Les adventices peuvent aussi être utiles !

(Hill & Ramsay, 1977)
« The observant farmer and gardener will notice subtle changes in the weed populations on his land in response to his agricultural practices. As his soil improves he may find that chickweed, chickory, common groundsel, common horehound, and lambsquarter become the dominant weeds. However, if he finds that the daisy, wild carrot, mugwort, common mullein, wild parsnip, wild radish, and biennial wormwood become dominant, he should review his practices as these weeds thrive on soils of low fertility. The addition of well-balanced compost, organic manures, and other fertilizers together with certain tillage and drainage practices may be required to bring the soil back into production.

We are not advocating that all weeds be encouraged indiscriminately, for even "beneficial" weeds poorly managed, will reduce yield. What we are suggesting is that by being able to identify the weeds on our land and know what their presence indicates, we will be in a better position to manage our soils wisely. »

L’agriculteur ou le jardinier attentif remarquera des changements discrets dans les populations d’adventices comme conséquence de ses pratiques culturales. A mesure que son sol s’améliore, il peut voir que le mouron, la chicorée, le séneçon commun, la ballote, le chénopode blanc deviennent les adventices dominantes. Par contre, s’il observe que la pâquerette, la carotte sauvage, l’armoise, la molène bouillon-blanc, le panais, la ravenelle et l’armoise bisannuelle deviennent dominants, il doit revoir ses pratiques car ces plantes prospèrent sur des sols peu fertiles. L’apport de compost bien équilibré, d’engrais organiques, et d’autres engrais, joints au travail du sol et au drainage peut être nécessaire pour faire à nouveau produire le sol.

Nous ne prônons pas que toutes les adventices doivent être favorisées de façon indiscriminée, car même des adventices « bénéfiques » réduiront le rendement, si elles sont mal gérées. Ce que nous suggérons est que nous serons en meilleure position pour gérer nos sols de façon adéquate, si nous sommes capables d’identifier les adventices sur nos terres et de savoir ce que leur présence indique.

Référence : Hill S.B., Ramsay J, 1977. Weeds as Indicators of soil Conditions. Ecological Agriculture project Publication 67, University of Mc Gill, Montréal, Texte intégral sur le site de l'Université Mac Gill.

Bandeau bas MotsAgro.jpg