Friche, défricher - Annexe 1

De Les Mots de l'agronomie
Aller à : navigation, rechercher
Date de mise en ligne
13 avril 2012
Retour à l'article
Cette annexe se rapporte à l'article Friche, défricher.

Le défrichement des prairies selon Olivier de Serres (1605)

(Le théâtre d'agriculture et mesnage des champs. 3e édition revue et augmentée par l'Auteur, pages 72-74)


« CHAPITRE I. Préparer la terre pour le labourage
Les vieilles prairies se ploient très-bien en labourage, à cela étant préparées. Si elles sont aquatiques, pour un préalable convient les dessécher, puis les rompre : après toutes-fois salutaire avis, car de défricher inconsidérément toutes sortes de prés, n'est le fait d'un bon ménager, pour le grand besoin d'herbages qu'il a pour nourrir ses bêtes. Mais en étant suffisamment pourvu, ne mettra en difficulté de rompre partie de ses moins valeureuses prairies : s'assurant, ainsi maniées, d'en tirer plus de profit d'un an, en bled : qu'en foin, de six. Donc, étant toujours plus à priser l'écu, que le teston, ne serait-ce pas preuve de peu de jugement que de préférer l'un à l'autre ? Joint que ceci augmente le ménage, que la prairie, pour sa vieillesse, rendue presque inutile, après avoir donné abondance de beaux bleds, huit ou dix ans de suite, plus ou moins, selon la faculté du fonds, reproduira par-après des foins, si à cela voulez réemployer, six fois plus qu'elle ne faisait auparavant, pour avoir le fonds acquis nouvelles forces, moyennant la culture, & s'être engeancé de jeunes & franches semences. Et bien-que telle grande fertilité ne soit de perpétuelle durée, se consumant sa bonté avec le labeur, par le plus d'icelle consister en la motte ou superficie du pré, si est-ce que le labourage procédé des défrichements, est toujours des meilleurs : pourvu qu'il soit gouverné en bon père-de-famille, qui après en avoir tiré quelques cueillettes de suite, sans toutefois en épuiser toute la graisse, quoi-qu'il le voie de bonne volonté, le mette en rang avec ses autres terres, pour reposer un an, après le travail d'un autre, ainsi qu'il convient raisonnablement faire de champ passable en bonté. Défricher les vieilles prairies




Qui, & qu’elles prairies doivent être défrichées

ENTRE les diverses façons de défricher les prairies, deux principales sont en usage, très-contraires néanmoins, en elles-mêmes : puis-que l'eau & le feu sont opposés l'un à l'autre, effectuant même chose ; c'est à savoir, emmenuisant la terre pour la rendre propre à recevoir les semences. Ces deux façons seulement vous représenterai-je, comme les plus utiles & reçues. Le plus commun défrichement se fait au soc, tiré par bêtes de labourage : puis vient celui du brûler de la motte ou gazon, par le feu qu'on y met, après l'avoir enlevée & à ce préparée. Le temps gouverne entièrement ces œuvres, lequel de nécessité convient avoir favorable, froid & humide pour celui-là : & chaud & sec, pour celui-ci. Donc pour défricher au soc, c'est la seule saison de l'hiver qu'il faut employer : & au feu, choisir le cœur de l'été ; ainsi approprié l'ouvrage au temps, la chose se parfera à souhait, avec frais modérés. Commençant par le défrichement au soc, je dirai qu'arrivé que soit l'Hiver, après les pluies de l'Automne, sera le vrai point de mettre la main à l'œuvre : d'autant que lors aura-on bon marché de rompre les prairies, pour la commune faiblesse de l'herbe & de la terre, l'une emmatie & l'autre humectée, par l'arrivée des froidures & humidités, chose dont ne pourriez venir à bout en aucune des autres saisons, qui toutes ensemble donnent vigueur aux herbes, & par conséquent, pour peu que la terre fut sèche, ne les pourrait-on arracher. Le soc qu'on emploiera à ce défrichement, n'aura qu'une oreille, appelée en France, l'écu ; afin que par icelle seule les gazons ou mottes se puissent renverser toutes d'un côté, l'herbe justement jetée contre terre, pour là être étouffée. Cela se fera ainsi, moyennant que le laboureur monte d'un côté du sillon, & descende par l'autre, faisant continuellement toucher de l'écu de son soc à la terre déjà labourée ; dont fera que la motte se renversera à lopins s'en-dessus-dessous, si que peu ou point d'herbe paraîtra par le dessus, ainsi seulement les racines avec la terre. Ce que ne pourriez justement faire avec le soc à deux oreilles, ne par le labourage ordinaire, icelui n'ayant autre pouvoir que de fendre la motte sans la renverser que bien peu. A la charrue faut fermement ajouter un grand couteau, dont la pointe, tendant en bas, fendra la motte pour préparer la voie au soc ; afin de tant plus faciliter l'œuvre. Pour gagner temps & soulager le bétail, à ceste première fois ne faut prendre de la motte, que deux ou trois doigts d'épaisseur : à quoi aussi servira beaucoup, si la terre a été halée auparavant, & puis baignée par quelque pluie, car le fonds pris mollet, est facile à rompre. Pour laquelle cause, au défaut de pluie, on l'arrosera, en ayant le moyen. Prenant la terre ainsi mouillée, l'on pourra dire se défricher presque pour-néant : attendu que vos serviteurs & bétail chômeraient à faute d'autre besogne, en ceste œuvre employant utilement le temps. Il est nécessaire être pourvu de bons & puissants bœufs ou de forts chevaux, mulets ou mules de grosse taille & robustes, & les bien nourrir pour résister à ce travail, qui n'est petit, sur tout si le fonds est argileux, car le sablonneux est de plus facile convention. Aussi faut être fourni de plusieurs coutres & socs proprement accommodés, leur fer bien forgé & acéré, & leur bois neuf, dur & solide, & en avoir de réserve pour substituer en la place de ceux qui se rompent. Les gelées survenant après ce premier défrichement y serviront de beaucoup, tant pour achever de tuer les racines de la motte, que pour en cuire la terre, qu'elles transperceront de toutes parts. » Deux moyens pour ce faire






Défricher en Hiver au soc, &



sa façon


Bandeau bas MotsAgro.jpg